Accueil

Trois mois de prison avec sursis pour des relations sexuelles avec une poule

L'histoire ne dit pas si l'homme était polygame avec ces poules.....  nerver in this sense ! ... le vœux pieu des gallinacées ... c'est quand même pas drôle !

Un père de famille de 59 ans a été surpris par sa compagne et une de ses filles alors qu’il était engagé dans un rapport sexuel avec une poule, enfermé dans le garage familial. …lire

Claude Cochonneau, élu vice-président du CESE

"Dans une période où notre pays doit relever des défis majeurs en matière économique, sociale et environnementale, le CESE a toute sa place pour penser les politiques publiques de demain.
En tant que représentant du secteur agricole, je continuerai le travail déjà engagé au sein du CESE afin que les problématiques agricoles demeurent une préoccupation pour la société civile française. Je pense notamment à la compétitivité des exploitations agricoles, à l’avenir de l’ensemble des filières".
> Site web du CESE
> Téléchargez l’info presse

Contact Presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
Iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance

Lettre économique n° 356 – novembre 2015

Edito : Pour la PAC, c’est déjà demain

A peine entrée en application, la PAC fait déjà l’objet de nombreuses projections quant à la physionomie de la prochaine réforme, laquelle doit se situer aux alentours de 2020. Et les supputations

vont bon train pour savoir à quoi va ressembler une politique agricole commune, sachant que la réforme actuelle a peiné à voir le jour. Un mot revient sans cesse, presque par magie, l’assurance, chacun ayant les yeux fixés sur l’expérience américaine en la matière. Puisqu’il le faut, livrons

quelques réflexions.

Autres Titres :
  • La fin des quotas sucriers : quels enjeux pour la filière française ?

Depuis l’annonce de la fin des quotas sucriers, les perspectives en cette fin d’année 2015 soulèvent de vives inquiétudes, plus particulièrement en France qui est le premier producteur européen. L’effondrement du prix mondial du sucre blanc et la percée de nouveaux acteurs émergents sont-ils les précurseurs d’un profond bouleversement dans la filière ?

  • L’Afrique serait-elle de nouveau mal partie ?

L’Afrique a été ces dernières années présentée comme le futur bassin de la croissance mondiale. Alors que les pays émergents commençaient à entrer dans une phase de ralentissement, les projections faisaient état d’une Afrique qui serait, au regard de ses richesses en produits de base et de son potentiel économique, le relais de la croissance mondiale.

  • Producteurs de porc : et si vous regardiez vers la Chine ?

Peut-on mettre un peu de baume au cœur des éleveurs de viande de porc ? Ces derniers traversent depuis plus d’un an une passe difficile, occasionnée notamment par deux embargos russes successifs, l’un sanitaire, l’autre économique. Sans parler des conflits économiques autour de la fixation du prix avec les transformateurs.

  • Hausse de 2 % de la production mondiale de vins en 2015 par rapport à 2014

La production mondiale de vins est estimée à 275,7 MhL en 2015, soit une hausse de 2 % par rapport à 2014. C’est toutefois inférieur à la très importante production de 1979 (378 MhL). Elle retrouve ainsi un niveau dans la moyenne haute, comparable à 2005, d’après les derniers chiffres de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) présentés lors de la conférence de presse du 28 octobre 2015 à Paris.

 

 Téléchargez la lettre économique de novembre 2015

 

 

 

COP21 : les Chambres d’agriculture aux cotés des agriculteurs face au changement climatique

L’agriculture pourrait trouver une place dans l’accord de Paris, notamment pour mieux articuler les objectifs d’atténuation et d’adaptation avec la sécurité alimentaire et le développement rural.
Les Chambres d’agricultures sont totalement engagées aux cotés des agriculteurs pour faire fa

ce au changement climatique Leurs actions s’articulent autour de deux publics prioritaires :

  • Les agriculteurs : conseil pour l’efficacité énergétique des exploitations (économies d’énergie, énergies renouvelables, empreinte carbone) et

    adaptation des systèmes de production par l’innovation au champ ;

  • Les territoires : construction de stratégies et plans d’actions pour l’atténuation et l’adaptation, structuration de filières biomasse territorialisées (bois énergie, agromatéraux, méthanisation, etc).
Un engagement massif

Expertise : 7 000 diagnostics énergie-GES, 8 000 projets « énergie à la ferme »
Compétences : 1000 conseillers Agronomie / environnement, 170 conseillers Energie.
Innovation : 40 fermes expérimentales, 1400 groupes d’agriculteurs, 2 observatoires pilotes.

Les Chambres d’agriculture présentes pendant la COP 21
  • 1er décembre au Bourget : avec le MAAF, pour le lancement officiel de l’initiative "4 pour 1000" et la présentation du volet agriculture de l’Agenda des solutions (Plan d’Actions Lima-Paris)
  • 2 décembre au Bourget : Intervention de Jean-Marc Renaudeau, élu référent « climat, énergie » de l’APCA pendant la conférence du Ministère de l’agriculture sur l’engagement des acteurs français de l’agriculture et de la forêt face au changement climatique
  • 4 décembre à Paris : Praesidium du Copa-Cogeca consacré au changement climatique
  • 10 décembre : avec I4CE, retour d’expérience de l’APCA sur son rôle au sein du Club Climat Agriculture pour favoriser l’action et les partenariats
Nos contributions
  • Sur le site du MAAF, les Chambres d’agriculture diffusent depuis septembre 2015 un livret pédagogique "C’est bon pour le climat" à destination des agriculteurs
  • Sur le site du MEEDE, notre cahier d’acteurs présente nos engagements pour relever les défis de la transition énergétique avec une feuille de route "Energie Climat 2020"

En savoir plus : voir notre page consacrée à la COP21
> Téléchargez le communiqué de presse

Contact Presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
Iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance

Biogaz : les acteurs en ordre de marche pour consolider la filière

Ils ont mis en évidence les obstacles que rencontrent le secteur et les actions qu’ils mettent en oeuvre pour débloquer les freins. Ils ont également rappelé les opportunités que représente le biogaz dans la transition énergétique des territoires : production d’une ressource renouvelable

, réduction des émissions de gaz à effet de serre, développement de la mobilité verte, optimisation de la gestion des déchets, fourniture d’un digestat qui se substitue aux fertilisants minéraux. C’est aussi un atout pour pérenniser les filières agricoles, notamment l’élevage, et créer des emplois locaux.
> Téléchargez :

  • le communiqué de presse complet
  • la synthèse de l’étude E-CUBE
  • le rapport final "Etat des lieux de la filière biogaz"
Contact Presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
Iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance

Innov’Action : partenaire du salon SITEVI 2015

Le Sitevi, salon international des équipements et savoir-faire pour les productions vigne-vin, olive, fruits-légumes, se tiendra du 24 au 26 novembre 2015 au Parc des expositions de Montpellier.
Qualifié d’événement incontournable de l’innovation agricole dédié aux professionnels, il leu

r était donc tout naturel de mettre en avant l’opération Innov’Action.

10 portraits de professionnels innovants

10 portraits de professionnels innovants, sélectionnés parmi les 225 recensés en 2015, seront présentés sur le salon.

  • une solution pour commercialiser colle

    ctivement des produits agricoles appelée "drive fermier"

  • une entreprise engagée dans la culture de légumes anciens
  • une cave particulière fonctionnant dans le respect de l’environnement…
3 ateliers agriculteur/conseiller

Trois ateliers, animés par un duo agriculteur/conseiller, seront également organisés et auront pour thématique, les sujets abordés par les agriculteurs de la région interviewés :

  • Le circuit court, du champ à l’assiette en une poignée de main
  • La grenade… une diversification agricole en Languedoc
  • Des actions en faveur de l’environnement dans les vignes de Saint Christol

Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine sur le salon SITEVI et vous attendons nombreux autour de cette animation Innov’Action !

Innov’Action en quelques mots

Evénement annuel national organisé par les Chambres d’agriculture reposant sur 4 enjeux :

  • Détecter et valoriser les agriculteurs qui innovent
  • Pousser les agriculteurs à échanger entre eux
  • Faire intégrer l’innovation dans la réflexion des agriculteurs
  • Créer une dynamique sur les territoires

> Tout savoir sur Innov’Action

SITEVI en quelques chiffres
  • 1000 sociétés présentes
  • 50 000 visiteurs professionnels venus de 60 pays
  • 220 produits nouveaux

> Voir le portait des agriculteurs innovants du SITEVI

Transmission, les clés de la réussite – Revue Chambres d’agriculture de novembre 2015

DOSSIER – TRANSMISSION : LES CLES DE LA REUSSITE !

En 2010, plus de 120 000 chefs d’exploitation, exploitant un quart des terres cultivables de la métropole avaient 55 ans ou plus sans être retraités. Ces chefs atteindront ou dépasseront l’â

ge minimal de départ à la retraite en 2017 et les terres qu’ils exploitent seront alors potentiellement transmissibles. L’enjeu principal est de maintenir ces terres exploitées pour favoriser le renouvellement des générations agricoles et soutenir une

dynamique des espaces ruraux.
Ce numéro détaille l’état des lieux de la population des chefs d’exploitation et effectue une analyse du capital des exploitations à transmettre. Il présente aussi des actions tant départementales que nationales du réseau Chambres d’agriculture en faveur de la transmission des exploitations.

A lire également dans ce numéro :
  • Le plan de soutien à l’élevage : des solutions à la crise ?
  • Projet de loi de finances 2016 : les mesures fiscales concernant le secteur agricole
  • Quel accompagnement des viticulteurs en Chambre d’agriculture ?
  • Gestion des risques en exploitation agricole : Les Chambres optimisent la force de leur réseau
  • Agriculture et climat : les Chambres d’agriculture agissent
  • Brésil – Les ambitions du géant agricole entravées par la récession économique
  • Rapport Lefur-André, vers une fiscalité adaptée à l’entreprise agricole du XXIè siècle
  • Conseil en production ovine : les Chambres développement des pratiques innovantes
  • COPA, élection d’une nouvelle présidence
  • Les projets alimentaires territoriaux : une opportunité pour le monde agricole et les territoires
  • Engagement du contrat d’objectifs des Chambres d’agriculture : le point sur les deux premières années de programmation
  • Gestion de l’eau : une journée pour s’approprier les outils informatiques

> Téléchargez le bon de commande et le sommaire détaillé de la revue Chambres d’agriculture de novembre 2015
 
> Consultez les autres numéros de la revue Chambres d’agriculture

Un groupe permanent Recherche Développement Innovation

Faisant suite aux conclusions du rapport "Agriculture-Innovation 2025", et aux réflexions engagées dans le réseau des Chambres d’agriculture sur la recherche et l’innovation, le Conseil d’administration de l’APCA a décidé de mettre en place en 2016 un groupe permanent RDI &quo

t;Recherche Développement Innovation".
Les Chambres d’agriculture entendent mobiliser leurs ressources pour développer l’articulation entre Recherche Développement et Innovation afin de :

  • développer les innovations ouvertes et les diffuser plus largement
  • favoriser l’

    émergence des systèmes d’exploitation agricole de demain

  • faire évoluer le conseil stratégique et le conseil en innovation, à la fois en individuel et en groupe
  • être un acteur de la révolution numérique et de la diffusion du savoir auprès du plus grand nombre d’agriculteu

    rs.

L’APCA organise, à Bruxelles les 16 et 17 novembre 2015, un séminaire de
préfiguration de ce groupe permanent composé de présidents de Chambres
d’agriculture et de responsables R&D de Chambres

La volonté d’organisation des Chambres d’agriculture sur ces sujets est d’aboutir à un vrai chainage des actions du développement, de recherche et de l’innovation et à une organisation impliquant l’ensemble des échelons territoriaux.

Cette réunion à Bruxelles permettra de prendre connaissance des différents
travaux de Recherche Développement Innovation au niveau national et surtout
européen, afin de s’approprier les enjeux de RDI. La rencontre avec d’autres
acteurs de la RDI de différents Etats membres permet de comprendre leur
organisation et d’échanger sur leurs bonnes pratiques, et de renforcer ainsi notre implication dans les programmes de recherche Horizon 2020.

"Venir à Bruxelles pour cette première réunion montre bien l’implication des
Chambres d’agriculture françaises dans les programmes de recherche européens, tout en se basant sur des actions de développement et d’innovation issues du terrain, sur nos exploitations agricoles et dans nos stations expérimentales.
En favorisant la participation des agriculteurs à ces programmes de recherche, la Commission européenne souhaite favoriser un transfert plus rapide et plus large des innovations sur les exploitations. Les Chambres d’agriculture seront un des acteurs de la diffusion de ces savoirs."
Guy Vasseur, Président des Chambres d’agriculture.

A télécharger : descriptif de Landmark : lauréat d’un appel à projets Horizon 2020

> Téléchargez le communiqué de presse

Contact Presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
Iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance

Lettre économique n° 355 – octobre 2015

Edito : "Planète libre-échange"

La signature du Traité TransPacifique (TPP) le 5 octobre constitue un évènement important à plusieurs égards. Réunissant 12 pays dont les États-Unis, l’Australie, le Japon, l

e Canada, le Mexique…, l’accord trouvé est le résultat d’une longue négociation démarrée en 2008. Washington en avait fait une priorité. Les discussions relatives au TAFTA vont-elles dès lors s’accélérer? A peu près simultanément, l’UE a divulgué sa nouvelle stratégie commerciale, fai

sant de l’ouverture tous azimuts le fondement de sa croissance.

Autres Titres :
  • Un marché des céréales en perte de vitesse

L’année 2015 a été marquée par des récoltes céréalières à nouveau très bonnes par rapport à la campagne précédente, mais le climat des marchés apparait toutefois très tendu du fait des besoins des pays importateurs en recul et de stocks mondiaux abondants. Cette situation de marché provoque une baisse du prix des principales céréales, et risque de peser à termes sur les marges et le revenu des agriculteurs des secteurs concernés.

  • Volkswagen

 Il y a quelques semaines, la révélation d’une fraude commise par l’industriel automobile allemand, volkswagen, sur des dispositifs de mesure de pollution a défrayé la chronique. L’industrie allemande ne serait donc pas si écologiquement vertueuse. De fait, à regarder les statistiques européennes en matière de protection de la planète et de développement durable, il apparaît que l’Allemagne n’est pas le champion vert que l’on croit ; y compris dans le domaine agricole. Sur de nombreux critères, l’Allemagne se situe dans la moyenne européenne… Mais il est vrai toujours avec des résultats meilleurs que ceux de la France.

  • Marché du porc au cadran et incertitudes sur les prix

Depuis la suspension des cotations au marché du porc breton (MPB), et le retrait des deux principaux acheteurs que sont Cooperl Arc Atlantique et Bigard, le prix du porc a chuté jusqu’à se négocier entre 1,21 et 1,25 euros le kilo. L’absence d’une cotation de référence met les éleveurs de porc dans une situation de grande incertitude sur l’évolution de leur prix de vente, et donc de leur revenu.

 Téléchargez la lettre économique d’octobre 2015

1ère Convention des conseillers des Chambres d’agriculture

Transition vers une agriculture triplement performante, adaptation des exploitations et des filières à une nouvelle donne économique, vitalité des territoires ruraux, réponse aux nouveaux profils d’agriculteurs ; les enjeux qui sont posés aux Chambres d’agriculture sont majeurs.

En tant qu’acteur de référence du développement agricole, nous devons répondre durablement à ces questions ; des réponses qui passent par l’évolution du métier de conseiller agricole et territorial, ainsi que l’adaptation de l’organisation de notre réseau.
500 participants sont attendus. Un panel varié d’intervenants de haut niveau apportera éclairages et visions : responsables du réseau, grands témoins de l’agriculture et du développement, conseillers, agriculteurs, intervenants venus d’autres sphères professionnelles.
Des conseillers, des managers, des représentants des Chambres d’agriculture départementales et régionales se rassembleront autour de 5 postures clés du conseil : innovation, écoute, agilité, engagement, réseau d’expertise.

  • L’innovation dans nos pratiques de conseil, comme dans nos organisations
  • L’écoute de nos clients et partenaires, pour comprendre leurs besoins, leurs projets, leurs contraintes, leurs envies…
  • Le réseau d’expertises pour répondre à des problèmes de plus en plus complexes
  • L’engagement : celui de faire grandir les personnes avec qui nous travaillons
  • L’agilité : notre force est de pouvoir être solides sur nos fondamentaux, capables d’anticiper, d’être proactifs, de nous adapter…

"Le conseil est en mutation, et nous préparons résolument l’avenir. Nous croyons à la modernité des Chambres d’agriculture avec un réseau mobilisé et rassemblé pour le développement agricole et territorial, passant par l’évolution des pratiques, des compétences et des organisations du conseil"
Guy Vasseur, président des Chambres d’agriculture .
> Téléchargez le communiqué de presse

Contacts presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris ROZE : 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
iris.roze@apca.chambagri.fr
Twitter : @ChambagriFrance

Les Chambres d’agriculture pleinement engagées auprès des agriculteurs dans la crise agricole actuelle

La situation désastreuse de l’élevage en France, l’avenir incertain des exploitations, les manifestations organisées le 3 à Paris et le 7 à Bruxelles qui reflètent l’inquiétude des agriculteurs et leurs espoirs, mettent en lumière notre principal défi :

une approche offensive de la compétitivité avec comme atout une agriculture riche de sa diversité, de ses savoir-faire, de ses productions avec leurs démarches de qualité…
Sur le terrain, les Chambres d’agriculture sont fortement mobilisées, que ce soit sur un plan économique ou h

umain. Dans les départements, des cellules de crise ont été mises en place par les pouvoirs publics. Les Chambres d’agriculture, sur la base d’une première évaluation de la situation des éleveurs, ont pesé pour que les critères d’éligibilité aux mesures du plan d’urgence puissent

être adaptés à la situation de chaque exploitation.
Dans les départements concernés par la sécheresse, les pertes estimées sont importantes : les agriculteurs ont entamé, certains depuis plus de deux mois, les réserves constituées pour l’hiver. Pour faire face à cette situation, les Chambres ont suscité et participent à la mise en oeuvre des procédures calamités, accompagnent les éleveurs pour établir les bilans fourragers,
et mettent en relation acheteurs et vendeurs de maïs et de fourrage.
Au-delà des actions mises en oeuvre dans l’urgence, le président Vasseur souligne :

  • L’importance de rechercher en permanence des pistes d’adaptation pour permettre aux exploitations de rester compétitives en renforçant l’autonomie fourragère, optimiser la gestion de l’eau (irrigation) et accélérer la modernisation des exploitations.
  • La responsabilité des dirigeants politiques, qui face à l’embargo russe doivent, au plan européen, mettre en oeuvre un véritable programme de dégagement des marchés permettant de faire remonter les prix.
  • La nécessité d’une réflexion sur la stratégie française pour ses filières agricoles, qui croisent les enjeux de compétitivité sur les marchés à l’export et d’ancrage dans le territoire.
  • La situation tendue pour les fruits et légumes et la dégradation des marchés pour les grandes cultures.

"La diversité de nos territoires et de notre agriculture nécessite d’adapter notre approche. La force de la France, c’est sa ruralité qui avec sa diversité et sa présence sur l’ensemble du territoire crée de l’emploi et de la valeur ajoutée. Au-delà de l’organisation par filière, les stratégies de développement des marchés agricoles que ce soit en circuit de proximité ou à l’export doivent tenir compte des atouts de chaque territoire.
Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs sont un acteur incontournable du développement territorial et les élus des Chambres d’agriculture seront à leurs
côtés le 3 à Paris et le 7 à Bruxelles".
> Téléchargez le communiqué de presse

En savoir plus :

> lire notre communiqué "Mobilisation du gouvernement au chevet des éleveurs. Des mesures insuffisantes" du 22 juillet 2015
> lire la déclaration du Président des Chambres d’agriculture "L’élevage doit être soutenu" du 21 juillet 2015

Contact Presse

Chambres d’agriculture France – APCA
Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance

Coûts 2015 des matériels agricoles

La publication 2015 détaille les coûts de près de 800 matériels.
De nombreuses nouveautés complète cette édition nationale avec notamment :

  • une nouvelle catégorie de tracteur
  • une nouvelle rubriq

    ue de matériels spécifique pour les matériels dédiés au maïs pour épis et maïs semence

  • des automoteurs de récolte de pommes de terre
  • des tireuse de bois de taille en vignes

Les données économiques sur les matériels sont issus de la méthode de calculs dite "BCMA" qui définit le coût des matériels uniquement.

Les calculs prennent en compte les charges fixes (dépréciation de la valeur du matériel et les frais financiers) et les frais variables (assurance, entretien réparation, pneumatiques, carburant, etc.).

Les coûts dont données à l’heure pour les tracteurs et à l’hectare pour la plupart de matériels. Mais pour certains matériels cela peut changer et être par exemple à la balles de foin.

> Consultez un extrait de l’édition 2015 des coûts des matériels agricoles

Le document complet est disponible au prix de 40 € TTC port compris.

> Téléchargez le bon de commande des coûts des matériels agricoles pour commander ce document

En savoir plus :
voir notre page Machines et bâtiments agricoles

Coûts 2015 des matériels agricoles

La publication 2015 détaille les coûts de près de 800 matériels.
De nombreuses nouveautés complète cette édition nationale avec notamment :

  • une nouvelle catégorie de tracteur
  • une nouvelle rubrique de matériels spécifique pour les matériels dédiés au maïs pour épis et maïs semence
  • des automoteurs de récolte de pommes de terre
  • des tireuse de bois de taille en vignes

Les données économiques sur les matériels sont issus de la méthode de calculs dite « BCMA » qui définit le coût des matériels uniquement.

Les calculs prennent en compte les charges fixes (dépréciation de la valeur du matériel et les frais financiers) et les frais variables (assurance, entretien réparation, pneumatiques, carburant, etc.).

Les coûts dont données à l’heure pour les tracteurs et à l’hectare pour la plupart de matériels. Mais pour certains matériels cela peut changer et être par exemple à la balles de foin.

> Consultez un extrait de l’édition 2015 des coûts des matériels agricoles

Le document complet est disponible au prix de 40 € TTC port compris.

> Téléchargez le bon de commande des coûts des matériels agricoles pour commander ce document

En savoir plus :
voir notre page Machines et bâtiments agricoles